LE MONUMENT AUX MORTS DE BOUCHAVESNES-BERGEN

 

 

 

 

Le 7 août 1925, le conseil municipal de Bouchavesnes-Bergen, vote l’érection d´un monument aux morts. L´autorisation préfectorale arrive le 27 janvier 1926, en même temps que l´avis favorable de la commission départementale d´examen des monuments aux morts. Le coût du monument s´élève à 13 000 francs (environ 13 000 euros), dont 5 000 francs versés par la commune et 8 000 francs obtenus par une souscription et des dons. Le projet, daté du 29 juin 1925, est dû à l´architecte Chaîne et au sculpteur Firmin Michelet. 

 

 

 

 

Le monument, érigé en face de l’église, a la forme d’une stèle ornée d’un décor en bas-relief, en céramique émaillée. Elle porte la signature du sculpteur et représente une figure féminine (allégorie de la Patrie, de la mère ou de l’épouse) tenant dans ses bras un Poilu mourant. 


Cliché de Alain Choubart
Cliché de Alain Choubart

 

 

 

Le monument est inauguré le même jour que le monument dédié au maréchal Foch dont la statue en bronze, financée par un mécène norvégien, a été réalisée également par le sculpteur Michelet, natif de Tarbes comme le maréchal. La date retenue, le 4 juillet 1926, est symbolique. C’est en effet le dixième anniversaire de la bataille de la Somme, de sinistre mémoire pour ses habitants.. 

 

 

Après une messe de requiem dans l´église inachevée, le cortège se dirige vers le monument : 

 

" ... le lieutenant des sapeurs-pompiers fait tomber le voile qui recouvre le monument et l'oeuvre du sculpteur Michelet et de M. Chaine architecte apparaît. C'est une stèle ... dont la partie haute supporte un médaillon représentant une mère tenant dans ses bras un enfant expirant."

 

Le maire de Bouchavesnes dans son discours s'adresse au maréchal Foch

 

... nous sommes particulièrement sensibles au témoignage de reconnaissance que vous apportez à nos enfants glorieux. Nous en sommes fiers aussi et nos Morts se lèvent en ce moment pour vous dire : Vous avez libéré notre terre, vous venez aujourd'hui l'honorer. Nous vous sommes reconnaissants parce que vous vous êtes penché vers nous, si petits, alors que vous êtes si grand. Si nous sommes modestes, nous savons nous souvenir. Votre nom, M. le Maréchal Foch et celui de M. Wallem [le généreux donateur norvégien], sont à jamais gravés dans nos coeurs." 

 

Le maréchal Foch dans son discours fait le récit de la bataille de la Somme. Se tournant devant le monument il termine en ces mots :

 

" Ceux de ces grands morts qui participèrent à cette bataille ... nous ont enseigné qu'il ne fallait jamais désespérer du salut du pays et aujourd'hui plus que jamais cet enseignement nous est nécessaire." (La Gazette de Péronne, 8 juillet 1926).

 

Après ces paroles le maréchal remet aux Anciens combattants un drapeau où le nom de Bouchavesnes-Bergen est brodé en lettres d'or.

 

Les personnalités et invités traversent les rues du village barrées de portiques de verdure et décorées de drapeaux et de guirlandes tricolores ; puis ils pénètrent dans la Salle des Fêtes richement pavoisée. Après le banquet, la cérémonie devant la statue du Maréchal Foch parachève cette journée de commémoration.

 

 

 

 

 

 

 

Le monument aux morts de Bouchavesnes-Bergen, notamment le bas-relief, n’a cessé de se dégrader. En 1996 la nouvelle équipe municipale, désireuse de perpétuer le souvenir des vingt-cinq jeunes de Bouchavesnes qui ont donné leur vie pour défendre la Patrie, remplace l’ancien monument par une stèle de granit dont la réalisation est confiée à la marbrerie Bobeuf de Péronne.

 

« L’inauguration a donné lieu à une simple mais émouvante cérémonie. (Le Courrier picard 24 octobre 1996) ».


Un mécène norvégien.

 

Juste après la guerre, le nom de Bergen, nom de la ville de Norvège d’où était originaire l’armateur Haakon Wall, s'est accolé à celui de Bouchavesnes.  C'est à ce Norvégien, qui parcourait les paysages dévastés de la Somme, que le maréchal Foch indiqua que Bouchavesnes faisait partie du point culminant de la bataille de la Somme.

 

Haakon Wallen prit le village anéanti en affection et participa financièrement à sa reconstruction. L’école, le monument aux morts, le château d’eau et une salle des fêtes ont ainsi été reconstruits grâce aux fonds de ce généreux donateur qui finança également l'érection de la statue du maréchal Foch.

 

Dans le village nombreux sont les témoignages qui renvoient à ce mécénat.