LE MONUMENT DE MISERY

 

 

 

 

 

 

 

Un décret en date du 7 juin 1921, approuve la délibération du conseil municipal de Misery décidant l'érection, à titre d'hommage public, d'un monument à la mémoire des enfants de la commune morts pour la France.

 

L'adjoint au maire de la commune décide de prendre à sa charge "toutes les dépenses occasionnées pour l'érection du monument aux Tués de la guerre dont [il] fait don à la commune de Misery ainsi que les dépenses de la plate-forme destinée à recevoir ce monument et celles de la grille destinée à l'entourer".

 

Le conseil municipal décide de faire graver sur le socle du monument la mention suivante : "Au nom de la commune la municipalité reconnaissante à Messieurs Meurinne Jules et Meurinne Edouard son fils pour leurs bienfaits et leurs dons pendant et après la guerre".

 

Cette inscription, que l'on peut voir sur le dessin transmis à la mairie, n'est plus lisible aujourd'hui. Néanmoins, sur le pilier gauche du monument, on peut encore lire "Don de Mrs Meurinne Jules et Meurinne Edouard son fils - 1920 ".

 

 

 

 

Le monument seul sera facturé par l'entreprise Staumont de Jeumont dans le Nord, 13 000 francs (quelque 13 500 euros actuels).

 

La commisssion d'examen émet un avis favorable tout en attirant l'attention sur les deux cartouches "honneur et patrie" placés sur les trophées et jugés trop mesquins. Remarque dont il n'a pas été tenu compte si l'on en juge par l'examen du monument. 


 

 

Ce monument massif, plutôt original dans la production locale, rassemble une redondance d'éléments symboliques. Sur une large stèle surmontée d'un coq à fière allure, enfonçant ses ergots dans un casque allemand, s'inscrivent la devise "Hommage de la Commune de Misery à ses enfants morts pour la France au champ d'honneur" et le sigle "RF".

 

 

 

 

De part et d'autre, deux colonnes quadrangulaires surmontées chacune d'une imposante croix de guerre présentent deux trophées où sont gravés divers motifs symboliques : drapeaux, couronnes de lauriers, rameaux de chêne, épis de blé et les dates 1914-1918.

 

 

 

Le monument est inauguré le 13 novembre 1921. De nombreux discours font l'éloge "des dix des enfants tombés pendant la guerre : des couronnes et des fleurs sont déposées au pied du monument par des délégations d'anciens combattants, les élèves des écoles et la municipalité" (Le Progrès de la Somme du 14 novembre 1921).