Nous renvoyons à la thèse magistrale d'Antoine Prost (bibliographie) qui, classant les monuments aux morts, dégage le type civique : un obélisque ou une stèle orné(e) ou non de la Croix de guerre et portant gravée la formule officielle déjà citée , sans référence patriotique ou funéraire.

   

 

 

    Les ornements militaires apparaissent sous plusieurs formes : croix de guerre, légion d'honneur, obus, canons, épées, boucliers.

 

    Motif fédérateur de la laïcité et de l'église, la croix de guerre orne la plupart des monuments.

 

    Gravée sur le monument ou reproduite en bronze, surmontant l'édifice ou inscrite sur la face, c'est la plus haute distinction militaire due aux soldats "Morts pour la France". 

 

     La croix de guerre représente une croix de Malte posée sur deux glaives entrecroisés avec en son centre l'effigie de la République.

 

 

 

 

    Autour des monuments, se dressent canons et obus. A propos de ces barrières d'obus, Olivier Descamps a pu dire que c'était la première fois qu'un objet industriel était intégré à un monument artistique (bibliographie) :  

 

      "Enchaîner la force sauvage. Ces obus enchaînés dégagent une poésie mélancolique et désespérée qui n'a pas été reconnue".

 

    La disposition des obus, en carré autour du monument, reliés par une chaîne, délimitent un espace et constituent une protection entre le monde des morts et celui des vivants.

 

 

 

    Casques, épées, drapeaux, fusils sont aussi des motifs récurrents qui renvoient à la symbolique militaire.

 

     

 

 

      Les monuments s'ornent aussi de profils de soldats, en métal ou gravés dans la pierre, et de soldats en buste posés  sur le fût.